Deux Poèmes

Ces deux poèmes sont extraits du recueil Le Festin de Fumée paru chez Petit Pavé à l'été 2016.
Ils ont d'abord paru dans la revue A l'Index numéro 30 du printemps 2016.


Lovecraft et Jean Ray sont deux anges noirs
qui m'accompagnent dans les ascenseurs
et quand je suis seul au restaurant

j'aime bien boire le vin de la terre
les méduses diaphanes remontent alors
de derrière les coffres de la vieille maison

malgré le labeur des paysans
les tournesols distillent une odeur d'absinthe
et la montagne a fini de s'approcher

le matin est une terre aride
si personne ne vous aide à trancher le lien
qui retient les oiseaux attachés à la nuit pourpre

à mesure que le jour se déploie
les nuages d'abord oranges jettent leurs ombres
sur les gargouilles de la cathédrale


* * *


dans les décharges et les terrains vagues
les chiens de l'amertume déchirent pleins de haine
la chair du vieux soleil gris

je suis resté allongé sur le dos
écoutant la furie affamée des chacals
se propager dans les méandres de mon sang

la musique sortant du poste de radio
a pris une couleur verte comme le sont
les versets des vagues luisantes sous la lune

par quoi peut-être justifiée la vie
quand les enfants qui devaient naître
sont restés sans forme dans les coquillages

moi qui suis prisonnier de la ville
j'attends que la pluie me raconte les légendes
d'un temps où les chats étaient des dieux


DENIS HAMEL

* * *