Miscellannées

Philippe Jaffeux, courants blancs, note de lecture



le 02/05/2014

Le dernier livre de Philippe Jaffeux n'est pas d'un abord facile, de par son formalisme assez austère et son aspect répétitif. Mais lorsque l'on fait vraiment l'effort de lire attentivement chaque énoncé, on se rend compte qu'il y a toute une variété de significations et d'intensités qui viennent heureusement briser la monotonie de la syntaxe et de l'articulation qui aurait pu provoquer l'ennui.

Ce livre n'est pas à proprement parler un recueil de poésie (le mot poésie n'apparaît d'ailleurs jamais) ni vraiment un recueil d'aphorismes. Bien sûr certains énoncés ont une réelle beauté poétique mais on a l'impression que cela arrive d'une façon non préméditée et que l’auteur ne s’y attarde pas. Ce recueil pourrait être considéré comme une sorte de roman, expérimental par sa forme et critique par son contenu.
Le personnage principal pourrait être le "il" et l'intrigue décrirait en quelque sorte le rapport au monde, au langage et aux autres de ce personnage, ainsi que son évolution spirituelle. Tout au long de ce parcours, des thèmes sont abordés sous un angle critique et font écho à certaines grandes pensées spirituelles et philosophiques : critique des vanités de l'existence :
Nos cadavres enrichissent une terre éternelle parce que nous mourrons tous pauvres. (p.51)

critique de l'esprit de sérieux :
Le génie des bêtes consiste à nous faire croire que nous sommes des animaux intelligents. (p.20)

critique de la technique et de la raison calculante :
La mécanique de sa mémoire le ridiculisa lorsqu’il oublia de pleurer la mort de son ordinateur. (p.49)

critique de la notion de vérité :
La vérité est musicale lorsque la composition d’une image interprète le rythme d’un jeu. (p. 16)

critique de la temporalité linéaire :
Le double sens du temps vieillissait lorsqu’il neigeait sur ses cheveux blancs. (p.20)

critique du réalisme matérialiste:
Nous résistons à l’inertie d’une réalité grossière grâce à l’énergie magique de nos rêves subtils. (p.59)

Tout cela est empreint d’un humour parfois féroce et rappelle des penseurs tels que Pascal, Montaigne, Nagarjuna, maître Eckhart, Nietzsche, Tchouang Tseu et d'autres encore. Et bien sûr, le livre s'accorde assez bien avec la pensée bouddhiste Tchan. Il semble qu’on puisse le lire comme une sorte de séries d'exercices méditatifs permettant d'approcher ce que les bouddhistes nomment : la Vacuité.
Le problème est maintenant de savoir si le langage a en lui-même sa propre fin ou s'il s'agit plutôt d'un moyen permettant d'atte(i)ndre un but supérieur. A cela chacun a sa propre réponse et Philippe Jaffeux a le mérite de ne pas en imposer. C’est peut-être dans cette indécision, dans cette incertitude, dans cet entre-deux agnostique que réside la poésie de ces « courants blancs »


[Denis Hamel]

Philippe Jaffeux, Courants blancs, éditions Atelier de l’agneau, 2014, 80 p., 16€.